Langage corporel du lapin

.

La position du corps, celle des oreilles et de la queue forment un langage corporel auquel les lapins sont sensibles et qui peut exprimer la soumission, la peur, l’agressivité, la détente, la curiosité, etc. Dans la communication entre animaux, les mouvements du corps présentent l’avantage de pouvoir être modulés ou atténués rapidement afin de modifier le message transmis à ses congénères en fonction de leur réaction.

Cette expression corporelle permet de prévenir les conflits et d’éviter les combats de domination entre lapins qui, souvent très violents, demandent beaucoup d’énergie et génèrent des blessures. Les mesures d’intimidation du mâle dominant, par exemple, régulent les relations sociales au sein d’un groupe de lapins. Mais si ces signaux évitent bien des conflits liés à l’agressivité de domination, ils ne sont que l’annonce d’un combat en cas d’agressivité défensive: quand il s’agit de défendre sa personne qu’il sent mise en danger par un autre lapin, le lapin attaquera dans tous les cas.

L’apprentissage de cette communication visuelle se déroule dans la première phase de socialisation du jeune lapereau avec le groupe. Si le propriétaire du lapin souhaite mieux comprendre son animal, il devra lui aussi se mettre à l’école du langage corporel du lapin. Cela lui permettra également de mieux comprendre les gestes qui peuvent être mal interprétés par son animal de compagnie.

Une grande partie de la communication visuelle du lapin passe par la position de ses oreilles. On peut donc s’interroger sur le cas du lapin bélier, avec ses oreilles tombantes. Certains lapins béliers ont gardé une mobilité assez importante de leurs oreilles et sont capable de les orienter vers la source du bruit qu’ils perçoivent. Certains peuvent même lever une oreille lorsqu’ils entendent un bruit vraiment intéressant. Mais les critères de “race” des éleveurs sont tels qu’un lapin bélier doit normalement avoir des oreilles bien tombantes, immobiles.

Mouvements de la queue

 

Au repos

La queue reste en position horizontale et on   la remarque peu. Elle ressemble au fameux pompon qui a fait la célébrité des   lapins.

Fuir un danger

Le lapin va courir en relevant la queue, ce   qui montrera a ses congènère la couleur blanche sous sa queue pour les   prévenir.

Agressif

Le lapin lève la queue de manière verticale afin de clairement   prévenir ses congènères sur ses intentions. Il rélévera l’arrière train, les   oreilles couchées et le museau vers l’avant en position d’attaque.

Parade amoureuse

Le lapin tournera autour de la femelle en   levant la queue, afin de la prévénir de ses intentions amoureuses

Fait ses besoins

Lorsque le lapin fait ses besoins, notamment lorsqu’il urine   il aura des mouvements de balance de sa queue. Si celle-ci est trop relevé,   cela peut être synonyme de problèmes urinaire.

Curiosité

Un lapin curieux aura tendance a s’approcher   de l’objet de sa curiosité, oreilles en avant, le corps étiré et la queue   base, pouvant se relever parfois par la surprise. Mais se rabaissant lorsque celui-ci   est rassuré

 

Mouvements des oreilles

Mouvements des oreilles non significatifs

 

En temps normal, le lapin a les oreilles bien droites,   tournées de chaque côté de la tête. Elles se tournent vers les objets auquel   il porte attention. Toutefois, le lapin ayant la capacité de bouger ses   oreilles dans des directions différentes, il peut suivre 2 bruits a la fois.   Lorsqu’un lapin dort, il couche ses oreilles, une manière pour lui de ne plus   faire attention aux sons de son environnement.
  ils couchent également leurs oreilles, lorsqu’ils mangent, se nettoient, ou   mangent leurs coecotrophes.

 

Mouvements expressifs des oreilles

 

Agressivité, intimidation ou attaque

Les oreilles sont couchées, arrière train et queue relevés,   museau pointé vers l’avant

Demande de toilettage, câlin

Les oreilles sont   couchées, museau en avant posé au sol, queue en position normale

Soumission, Peur

Les oreilles sont couchées, ventre à terre, queue baissée, le   lapin semble vouloir se fondre au sol. Dans le cas de la peur, il aura   également les yeux grands ouverts voir exorbités

Irritation

Une oreille est   couchée, l’autre bien droite

Mécontentement

Oreilles couchées, mais le reste de la posture est normale,   plus il sera mécontent plus les oreilles seront couchées

Curiosité prudente

Les oreilles sont bien   droite, tournées vers l’avant, le lapin s’approche doucement, le corps étiré,   le museau en avant, le corps au ras du sol

Ecoute attentive

Les oreilles sont droites, dirigées vers l’objet d’attention   (vous, autre animal…), en regardant ailleurs s’il vous fait face. (Le lapin   pour voir face a lui est obligé de tourner la tête, la vision face a son   museau est un point mort)

Agacement, excitation

Le lapin secoue   vigoureusement la tête et les oreilles, si cela est poursuivit de bons cela   est de l’excitation, si c’est en tapant les pates au sol expression de   mécontentement.

Parasite, problèmes aux oreilles

Le lapin aura tendance a se secouer la tête et les oreilles,   et a se gratter très fréquemment. Il sera donc utile de vérifier que rien ne   le gène, et en cas de problème demander l’avis d’un vétérinaire

     

Les bonds et sauts

Habituellement, le lapin réalise de petits bonds pour se déplacer au sol, passer et que son propriétaire lui bouche le passage (bien qu’il finira sans doute par pincer son propriétaire avec les dents avançant les deux pattes avant puis ramenant ses deux pattes arrière sous son corps. Lorsqu’il prend de la vitesse, le lapin étire davantage son corps, élance ses pattes avant bien plus loin et ramène ses pattes arrière plus en avant sous son corps pour utiliser la détente très impressionnante de ses pattes postérieures. A faible allure, le lapin ne pose que la pointe de son pied au sol, tandis qu’à vive allure il prend appui sur l’ensemble de son pied. A très faible allure, il avance même parfois en désynchronisant ses pattes arrière.

Le lapin fait parfois des bons sur place en hauteur pour exprimer son contentement ou son excitation:

- Quand il fait de grands bonds, jusqu’à 50 cm de haut environ, en prenant appui sur ses quatre pattes, le lapin exprime sa joie. Il change souvent de direction en cours de bond, étant même capable de tourner en l’air à 180°. Les anglo-saxons appellent ce sauts des “binkies”.

- Ces bonds peuvent intervenir au milieu d’une course folle durant laquelle le lapin change de direction à toute vitesse. Ce jeu qui exprime le contentement et l’excitation est aussi, dans la nature, un entraînement des plus utiles pour les lapins (et surtout les lapereaux): ce nombreux virages et bonds en hauteur pour changer de sens participent aux mécanismes de défense des lapins lorsqu’ils sont poursuivis par un prédateurs. Ils tentent, par ce stratagème, de semer leur poursuivant. On peut d’ailleurs constater que les jeunes lapins, également plus dynamiques et nerveux, présentent beaucoup plus facilement ce comportement que les lapins plus âgés.

- De manière moins impressionnante, les lapins réalisent parfois de petits sauts avec leurs pattes arrières qui les font changer de direction au niveau de l’arrière train tout en restant au même endroit, pour exprimer une joyeuse excitation.

Mais les bonds les plus impressionnants interviennent juste avant un combat. Le lapin est alors capable de s’élancer en sautant à plus d’un mètre de haut pour se jeter ensuite sur son adversaire. Les deux lapins peuvent aussi se tourner autour en faisant ces grands bonds agressifs. Parfois, le combat commence en l’air quand les deux lapins se jettent l’un contre l’autre et s’agrippent en se mordant près du cou. Ils retombent alors sur le flanc, ventre contre ventre, et se donnent de violents coups de pattes arrières dans le ventre tout en maintenant leur prise au niveau de la gueule. Il en résulte des morsures douloureuses, car les lapins ne lâchent pas facilement prise. On peut supposer que, par ces bonds, les deux lapins essaient ainsi d’avoir l’air plus impressionnants aux yeux de leur adversaire. Dès que vous voyez deux lapins s’avancer l’un vers l’autre en faisant de tels bonds l’un vers l’autre, il est urgent d’intervenir: pensez cependant à prendre un tissus ou une serviette pour protéger vos mains, car vos lapins auront besoin de mains valides pour les soigner ensuite (une morsure de lapin au cours d’un combat avec un congénère peut être extrêmement douloureuse).

Par ailleurs, le lapin se déplace parfois en faisant de grands bonds en longueur et en jetant ses pattes arrières derrière lui. Ce message s’adresse à celui avec lequel il était l’instant d’avant, qu’il s’agisse de son propriétaire ou d’un autre lapin. Le lapin entrecoupera parfois cette course d’éloignement de tapes de la patte arrière et de petits gémissements sourds, ou il tapera de la patte une fois qu’il estimera être suffisamment loin et en sécurité. Le mouvement des pattes jetées en arrière est le signe du mécontentement, de l’exaspération, de l’irritation. C’est un peu comme si le lapin disait: je secoue à ton visage la poussière du chemin restée sous mes pattes! Certains lapins utilisent très souvent ce geste, tandis que d’autres ne le font quasiment jamais. Les lapins dominants montrent plus souvent que les autres cette expression de leur agacement.

Le lapins de compagnie montre par ailleurs un grand plaisir à faire des sauts en hauteur pour grimper au-dessus de sa cabane ou sur un fauteuil. On peut s’étonner de ce comportement qui n’est pas courant dans la nature. Les expériences menées sur l’enrichissement du milieu du lapin domestique montre la prédilection que les lapins accordent aux plateformes en hauteur, notamment pour se reposer. Il faut toutefois veiller à ce que les objets sur lesquels grimpent les lapins soient sécurisés, sachant qu’ils n’évaluent pas toujours bien la hauteur et peuvent se blesser en ratant un saut en hauteur. L’idéal est de disposer les objets en escalier: si le lapin saute aisément en hauteur pour aller sur une chaise ou une table (en faisant parfois quelques vérifications avant de sauter: voir la position debout), il a souvent beaucoup plus de difficultés pour en redescendre. En descendant progressivement de cette hauteur par des objets disposés en escalier, il a moins de chance de faire une chute ou de mal se réceptionner.

La position allongé

Le plus souvent, la position allongé exprime le repos, la détente et le bien-être du lapin.

Habituellement, le lapin est allongé avec les pattes avant devant lui (les pattes avant sont plus ou moins étirées vers l’avant… et plus ou moins recouverte par le fanon du lapin ou par ses longs poils). Cette position n’exprime est souvent utilisée par un lapin qui ne se sent pas tout à fait en confiance dans son environnement: elle lui permet en effet de se remettre très rapidement sur ses pattes.

Quand il se sent plus tranquille et pense ne pas être dérangé pour dormir, le lapin replie ses pattes avant sous son corps. On dit alors qu’il est allongé “en poule”.

Ainsi allongé, le lapin pose parfois sa tête au sol pour dormir.

Un lapin qui souffre de problèmes digestifs ou urinaire adoptera également cette position, en dormant en poule, avec l’arrière train exagérément relevé et la tête au sol.

Par ailleurs, lorsque ces différentes positions s’accompagnent d’un état de prostration (le lapin ne bouge plus et reste dans son coin, apathique), le lapin peut être malade et en souffrance. Cette possibilité peut être confirmée, notamment, si l’on entend le lapin grincer des dents très bruyamment. Dans ce cas, il faut bien évidemment l’emmener très rapidement chez le vétérinaire.

Lorsqu’il est plus détendu et se sent plus en confiance, le lapin sort ses pattes arrière (ou simplement une seule patte) du dessous de sont corps et les place sur le côté. Sa tête reste cependant bien droite: le lapin reste très attentif à son environnement, malgré sa détente apparente.

Quand la détente est encore plus grande, le lapin allonge ses pattes arrières dans le prolongement de son corps. Il exprime alors son bien-être. Il lui est alors beaucoup plus difficile de se relever très rapidement pour fuir.

Toutefois, certains lapins qui ont des problèmes digestifs (coliques notamment) s’installent aussi dans cette position pour soulager leur douleur.

Lorsque le lapin est encore plus détendu, il s’installe également complètement sur le flanc, la tête posée au sol. Ils se jettent sur le côté pour se mettre dans cette position, dans un mouvement que les anglo-saxons appellent un “flop”. Les lapins réalisent souvent ce mouvement contre un congénère.

D’autres lapins, en situation de détente, apprécient de dormir “à cheval” sur leur congénère:

Expression ultime de la détente et du bien-être, les roulades sur le dos. Certains lapins, très à l’aise avec les quatre pattes en l’air, finissent par s’endormir ainsi, sur le dos, ou simplement sur le flanc, la tête au sol.

Mais l’idéal pour les lapins semble être de s’allonger en groupe, quelque soit la position, parfois même en tas les uns sur les autres.

En fonction du contexte et de la position des oreilles, de la queue et de la tête du lapin, la position allongé peut aussi exprimer la position hiérarchique ou la crainte.

Comme vu plus haut, le lapin allongé, ventre à terre, oreilles couchées yeux exorbités et queue au ras du sol exprime sa crainte.

Quand il est ventre à terre, oreilles couchées et queue relevée, il exprime une agressivité défensive qui se soldera peut-être par la séquence grognement/attaque/morsure.

Enfin, lorsque le lapin s’allonge en posant sa tête au sol, étirée en direction d’un congénère ou de son propriétaire, c’est qu’il réclame un toilettage. Son arrière train est alors surélevé par rapport au reste de son corps.

La position “debout” sur deux pattes

Vous avez sans doute déjà vu votre lapin se mettre “debout” sur ses pattes arrière, un peu comme un chien qui “fait le beau”. Certains propriétaires encouragent même leur lapin à prendre cette position lorsqu’ils lui donnent une friandise ou lui font une caresse. Cela ne nuit pas à l’animal, mais peut l’amener à prendre ensuite de mauvaises habitudes quand il souhaite réclamer de la nourriture… qui peuvent finir par devenir gênantes pour le propriétaire, notamment lorsque la lapin est dans sa cage ou son enclos.

Tous les lapins n’adoptent pas cette position avec la même fréquence: certains ne l’utilisent quasiment jamais, tandis que d’autres vont sans cesse prendre de la hauteur.

Cette position a une fonction et une utilité bien définies chez le lapin: elle lui permet d’avoir une meilleure vision de son environnement et à mieux percevoir l’arrivée d’un intrus ou d’un éventuel prédateur sur son territoire. En se mettant debout, le lapin voit mieux, mais il perçoit également mieux les odeurs portées par le vent. Lorsque l’on observe des lapins de garenne en train de manger dans la nature, on se rend compte qu’ils s’interrompent fréquemment et adoptent cette posture pour inspecter l’horizon (d’autant plus que vous vous trouvez à proximité). Au moindre bruit inhabituel, certains d’entre eux se mettent rapidement debout sur leurs pattes arrière… C’est le moment de décider s’il faut fuir ou si l’on peut rester, en fonction des informations visuelles ou olfactives reçues.

Chez le lapin de compagnie, la surveillance du territoire est un enjeu beaucoup moins important, en l’absence de prédateurs et de dangers. Celui-ci se met cependant debout sur ses pattes arrière en diverses occasions:

  • Pour avoir une meilleure vision de son territoire et le surveiller

Sur la première photo, Quinoa guette l’arrivée des chiens de ma mère à proximité de son territoire (son enclos). Sur la deuxième, Tarquin surveille ce qui se passe dans l’enclos voisin du sien: un bruit inhabituel a attiré son attention. De même, Domino et Swap (troisième et quatrième photos) cherchent à avoir une meilleure vue de la situation en regardant par-dessus un obstacle.

  • Avant de sauter

Les lapins se montrent parfois très prudents avant de sauter en hauteur: ils se mettent debout sur leurs pattes arrière pour vérifier ce qui se trouve à l’endroit où ils vont atterrir: y a-t-il suffisamment de place pour se réceptionner, y a-t-il un congénère sympathique déjà installé à cet endroit ou vais-je me faire chasser par un autre lapin, quelle est la hauteur à sauter?

Sur la cinquième photo, on voit Swap dans une cage bulle. Swap avait pris l’habitude, très jeune de sortir de cette cage par le dessus… ce qui pouvait s’avérer très dangereux (il aurait pu se faire une fracture). En plus de présenter des inconvénients indirects très sérieux (manque de ventilation, manque d’interaction avec l’extérieur, …), ces cages ne permettent pas au lapin d’entrer et de sortir de lui-même de son territoire.

  • Pour manger

Les lapins sont, le plus souvent, de grands gourmands. Ils sont prêts à toutes les acrobaties pour attraper de la nourriture En positionnant une petite partie de leur nourriture en hauteur, on peut transformer un repas en activité ludique et permettre aux lapins de faire un peu d’exercice.

  • Par curiosité…  !

Les lapins se montrent souvent très curieux… et l’environnement domestique est la plupart de temps plein de dangers pour eux. Prudence, donc, d’autant plus qu’on ne mesure pas toujours la hauteur que peut prendre un lapin debout sur ses pattes arrière (notamment pour tenter de grignoter une plante d’intérieur toxique ou des fils électriques)…

  • Pour trouver un moyen de s’échapper

Lorsqu’il est suivi d’un peu trop près par un congénère importun et se retrouve coincé dans un coin, ou lorsqu’il est agacé par une petite séance de photos, le lapin peut se mettre en position debout pour mieux trouver l’issue de secours par laquelle il pourra s’échapper…

  • Pour marquer son territoire avec le menton… toujours plus haut!

A la manière du lapin de garenne, qui frotte son menton sur des branchages, notamment en hauteur, pour marquer son territoire, le lapin de compagnie ne se contente pas de mettre son odeur au ras du sol. Il se met souvent debout pour bien marquer tous les angles des meubles et des objets de son environnement.

  • Pour attirer l’attention et exprimer son impatience lors de la distribution des repas ou en attendant de pouvoir sort

Voici un comportement qui n’est évidemment pas à encourager… Le lapin exprime alors son excitation et son impatience de recevoir son repas ou de sortir enfin de sa cage ou de son enclos. Certains lapins feront des aller-retours très rapides dans leur cage pour signifier la même chose à leur propriétaire, d’autres rongeront ou gratteront les barreaux de leur cage (parfois en étant aussi debout). Cela dépendra aussi de la réactivité du propriétaire à ces différents comportements. Évidemment, il faut avant tout veiller à ce que le lapin sorte suffisamment chaque jour de son enclos ou de sa cage et qu’il ait suffisamment à manger

Un lapin en liberté exprimera moins ce comportement, mais il se mettra parfois debout sur ses pattes arrières en s’appuyant sur la jambe de son propriétaire ou tirera avec sa gueule sur le bas de son pantalon, pour indiquer son impatience.

  • Pour se battre avec un congénère

Lors de combats, les lapins se mettent fréquemment debout sur leur pattes arrière pour se donner des coups de pattes avant. C’est souvent le cas au début des cohabitations, lorsque les lapins sont de part et d’autre d’une grille d’enclos ou de cage. Lorsqu’ils sont en liberté, ils finissent rapidement par se battre couchés au sol, en cas de conflit.

  • Se mettre debout malgré tout

Certains lapins, malgré un problème de surpoids, de dos ou un handicap, chercheront à se mettre debout sur leur pattes arrière en prenant appui sur le bord de leur bac à litière ou de leur cage, sur un panier, une petite cabane, etc. Cela montre bien à quel point ce comportement peut être important pour un lapin.

D’autres lapins utilisent un “repose-pattes” pour se mettre debout, simplement pour moins se fatiguer

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site